Google

Über dieses Buch

Dies ist ein digitales Exemplar eines Buches, das seit Generationen in den Regalen der Bibliotheken aufbewahrt wurde, bevor es von Google im Rahmen eines Projekts, mit dem die Bücher dieser Welt online verfügbar gemacht werden sollen, sorgfältig gescannt wurde.

Das Buch hat das Urheberrecht überdauert und kann nun öffentlich zugänglich gemacht werden. Ein öffentlich zugängliches Buch ist ein Buch, das niemals Urheberrechten unterlag oder bei dem die Schutzfrist des Urheberrechts abgelaufen ist. Ob ein Buch öffentlich zugänglich ist, kann von Land zu Land unterschiedlich sein. Öffentlich zugängliche Bücher sind unser Tor zur Vergangenheit und stellen ein geschichtliches, kulturelles und wissenschaftliches Vermögen dar, das häufig nur schwierig zu entdecken ist.

Gebrauchsspuren, Anmerkungen und andere Randbemerkungen, die im Originalband enthalten sind, finden sich auch in dieser Datei eine Erin- nerung an die lange Reise, die das Buch vom Verleger zu einer Bibliothek und weiter zu Ihnen hinter sich gebracht hat.

Nutzungsrichtlinien

Google ist stolz, mit Bibliotheken in partnerschaftlicher Zusammenarbeit öffentlich zugängliches Material zu digitalisieren und einer breiten Masse zugänglich zu machen. Öffentlich zugängliche Bücher gehören der Öffentlichkeit, und wir sind nur ihre Hüter. Nichtsdestotrotz ist diese Arbeit kostspielig. Um diese Ressource weiterhin zur Verfügung stellen zu können, haben wir Schritte unternommen, um den Missbrauch durch kommerzielle Parteien zu verhindern. Dazu gehören technische Einschränkungen für automatisierte Abfragen.

Wir bitten Sie um Einhaltung folgender Richtlinien:

+ Nutzung der Dateien zu nichtkommerziellen Zwecken Wir haben Google Buchsuche für Endanwender konzipiert und möchten, dass Sie diese Dateien nur für persönliche, nichtkommerzielle Zwecke verwenden.

+ Keine automatisierten Abfragen Senden Sie keine automatisierten Abfragen irgendwelcher Art an das Google-System. Wenn Sie Recherchen über maschinelle Übersetzung, optische Zeichenerkennung oder andere Bereiche durchführen, in denen der Zugang zu Text in großen Mengen nützlich ist, wenden Sie sich bitte an uns. Wir fördern die Nutzung des öffentlich zugänglichen Materials für diese Zwecke und können Ihnen unter Umständen helfen.

+ Beibehaltung von Google-Markenelementen Das "Wasserzeichen" von Google, das Sie in jeder Datei finden, ist wichtig zur Information über dieses Projekt und hilft den Anwendern weiteres Material über Google Buchsuche zu finden. Bitte entfernen Sie das Wasserzeichen nicht.

+ Bewegen Sie sich innerhalb der Legalität Unabhängig von Ihrem Verwendungszweck müssen Sie sich Ihrer Verantwortung bewusst sein, sicherzustellen, dass Ihre Nutzung legal ist. Gehen Sie nicht davon aus, dass ein Buch, das nach unserem Dafürhalten für Nutzer in den USA öffentlich zugänglich ist, auch für Nutzer in anderen Ländern öffentlich zugänglich ist. Ob ein Buch noch dem Urheberrecht unterliegt, ist von Land zu Land verschieden. Wir können keine Beratung leisten, ob eine bestimmte Nutzung eines bestimmten Buches gesetzlich zulässig ist. Gehen Sie nicht davon aus, dass das Erscheinen eines Buchs in Google Buchsuche bedeutet, dass es in jeder Form und überall auf der Welt verwendet werden kann. Eine Urheberrechtsverletzung kann schwerwiegende Folgen haben.

Über Google Buchsuche

Das Ziel von Google besteht darin, die weltweiten Informationen zu organisieren und allgemein nutzbar und zugänglich zu machen. Google Buchsuche hilft Lesern dabei, die Bücher dieser Welt zu entdecken, und unterstützt Autoren und Verleger dabei, neue Zielgruppen zu erreichen.

Den gesamten Buchtext können Sie im Internet unter|ht tp ://books.google .com durchsuchen.

Google

A propos de ce livre

Ceci est une copie numérique d’un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d’une bibliothèque avant d’être numérisé avec précaution par Google dans le cadre d’un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l’ensemble du patrimoine littéraire mondial en ligne.

Ce livre étant relativement ancien, il n’est plus protégé par la loi sur les droits d’auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression “appartenir au domaine public” signifie que le livre en question n’a jamais été soumis aux droits d’auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à expiration. Les conditions requises pour qu’un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d’un pays à l’autre. Les livres libres de droit sont autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont trop souvent difficilement accessibles au public.

Les notes de bas de page et autres annotations en marge du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir du long chemin parcouru par l’ouvrage depuis la maison d’édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains.

Consignes d’utilisation

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages appartenant au domaine public et de les rendre ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. Il s’agit toutefois d’un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées.

Nous vous demandons également de:

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l’usage des particuliers. Nous vous demandons donc d’utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un quelconque but commercial.

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N’envoyez aucune requête automatisée quelle qu’elle soit au système Google. S1 vous effectuez des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer d’importantes quantités de texte, n’hésitez pas à nous contacter. Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l’utilisation des ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile.

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet et leur permettre d’accéder à davantage de documents par l’intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en aucun cas.

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l’utilisation que vous comptez faire des fichiers, n’oubliez pas qu’il est de votre responsabilité de veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n’en déduisez pas pour autant qu’il en va de même dans les autres pays. La durée légale des droits d’auteur d’un livre varie d’un pays à l’autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier les ouvrages dont l’utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l’est pas. Ne croyez pas que le simple fait d’afficher un livre sur Google Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous vous exposeriez en cas de violation des droits d’auteur peut être sévère.

À propos du service Google Recherche de Livres

En favorisant la recherche et l’accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le frangais, Google souhaite contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer

des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l’adresse[http://books.gqoogle.com

Eou ee —V—— Éd P

B 3 9015 00245 058 6

University of Michigan BUHR

nn eee

2

CRDI ET (Le Be V

HUMU

TT

EUR

LU

= En K| ante

SA (hic VES

; LIRAS OF THE `

s RQUAERIS: PENIN SULAM AMOE

NN jiz S

aaa TEELT LTTE

T a a E S

Digitized by Google

10457 JES

Ms

-~

JOURNAL MÉDECINE LÉGALE

PSYCHIATRIQUE

D’ANTHROPOLOGIE CRIMINELLE

JOURNAL

DE

Médecine légale PSYCHIATRIQUE

ET D’ANTHROPOLOGIE CRIMINELLE

SOUS LA DIRECTION iy DE Àg) GY BALLET et Ch? VALLON NL Rédacteur en Chef : ANMANTHEAUME

Tome I Année 1906

H. DELARUE ET C", LIBRAIRES-EDITEURS 5, Rue des Grands-Augustins. 5, PARIS (VI:

Digitized by Google

TABLE DES MATIÈRES

La Repaction. Aux lecteurs ............0 0.0. 02 ee ee

Mémoires originsux.

BeLLETRUD (M.). Un cas de méningo-encéphalite traumatique. .... . CapGrRas et TRUELLE, Sur une dégénérée mystique dont l'internement a provoqué quelques incidents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Dromarp et Detmas. Considérations médico-légales sur un cas d'amnésie dite © retardée: 2. 525 ee 4 eu à due dd a a SS Dupre et CHARPENTIER. Récidive médico-légale stéréotypée chez un débile. -ambitieux:. ¢..< 464 44.2.5 oe kee eee ESS EO JEANSELME. La médecine légale en Chine, en Annam et au Cambodge. . Pascaz (M'° C.). La loi roumaine sur les aliénés. Traductions et réflexions . . . . . . . . . . ln Etes Don a ae NS Réars (E). La neurasthénie traumatique chez les artério-scléreux . . . . La condition des aliénés dans les Indes néerlandaises (Légis- lation et assistance). . . .. à 4 du à de 4 au ROS A ee eS SÉRIEUX (P.). Les établissements spéciaux pour aliénés criminels en

Allemagne c 4 <4 4 bea eee Be Se Se ee ce ee | ot 2 8.

JEANSELME. La sorcellerie en Extrême-Orient. . . . . . . . . . . . .. VALLON (Ch.). Les réactions des persécutés . . . . . . . . . . . . ..

Archives médico-légales.

A. ANTHEAUME. Expertise psychiatrique . . . . . . . . . . . . . . .. Dupre. Examen d'un aliéné criminel récidiviste . . . . . . . . . . . . Pitres, Reais et Lanne. L’Agedu discernement et l'affaire L. . . . . . . Prrres, RéGis et ANGLADE. Amnésie et délire de persécution simulés . . S£Gzas et VALLON. Affaire Célestin Bosc . .. . . . . . . . . . . . . VaLLon. L'affaire Weber. . . . . . . . . . ÉD de ne te dr

Chronique judiciaire.

Accident du travail et aliénation mentale, etc. . . . . . . . . . . . . . Responsabilité du médecin dans les accidents de la chloroformisation. . Accident du travail. Suicide. Relation de cause à effet. . . . . . . .

Vente. Consentement vicié par l'ivresse. Preuve offerte. Admissibilité

166159

193 108 258

247 145

204 3

97

149 16

49

214 277 19

162 68

27

86 131 35 176

2 JOURNAL DE MEDECINE LEGALE

Société de médecine légale de France.

A propos de la responsabilité civile du médecin dans les accidents de la chloroformisation (Ch. Vallon)

is Be Wate? ae way at Yor ter ne oh 44 Séance du 12 mars 1906. ....... ............. .. 91 Séance du 9 avril 1906. Des actions téméraires en dommages-intéréts intentées contre les médecins-experts . . . . . . . . . . . . .. 182 Séance du 14 mai 1906..,...................... 183 Séance du 11 juin 1906. Magnétisme et hypnotisme. . . . . . . . . . . 186 Séance du 12 novembre 1906 ......... ........ . .. 283

Société médico-légale de New-York.

Discours prononcé au banquet annuel par le président Clark Bell. . . . 187

Congrès.

Le VIe Congrès d'anthropologie criminelle. rendu. par M. Clé- ment Charpentier. . . . . . . . Re TS a a Sagas: Bere 135

Ouvrages, Mémoires et Communications analysés.

ASCHAFFENBURG. De la capacité de témoigner et de préter serment des aliénés. ... .

D aoaea o Geo ains Ge Aga deg We Bete db oe ee Gb ae Bt Me 40 BELLETRUD et MERCIER. L'affaire Ardisson. Contribution à l'étude de la HÉCTOPRNE.- 3: 5 2 LL BEN wh a Re Das Me RU ae A 89 CHARPENTIER (R.). Les empoisonneuses: Etude psychologique et médico- légale a og ke Gag sist ie, oes ate By gh ahs satel er ae fe: Ge le LE tapes ce 132 DoprotworskI et BETCHTEREW. Du divorce pour cause de folie. . . . . 224 Dupre. L’ceuvre psychiatrique et médico-légale de l'infirmerie pears de la prétecture de police. . . 2... 1. a a a a e 39 BoreL (Ed.). Du placement des aliénés criminels en Suisse . . . . . . . 62 FENTHEIM. Capacité douteuse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229 FRIEDMANN. Observation d’exhibitionnisme et de petit-mal non épileptique. 227 GRANIER (Camille). La femme criminelle ............... 88 June (C. G.). Contribution au diagnostic psychologique de la réalité en matiére criminelle ..........2.02008 80 2.8080 e 43 LACASSAGNE. Précis de médecine légale . . . . . . . . . . . . . . . . 37 LaGrtrre. Considérations sur quelques degrés de responsabilité. . . . . 181 Leroy (R.). La responsabilité des hystériques. . . . . . . . . . . . . 231 SIEMERLING. Simulation et folie des prévenus. . . . . . . . . . . . . . 225 TRAUNOY (A.). La mythomanie, étude psychologique et médico-légale du mensonge et de la fabulation morbide . . . . . . . . . . . . . . 230 Ungar. L'utilisation dans les rapports médico-légaux des PT ver- balisées sous la forme d'interrogatoire . . . . . . . . . . 179 Vocxe. De la liquidation des honoraires d'experts chargés de rapports médico-légaux psychiatriques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Nécrologie. J: Noir. Le professeur P. Brouardel. . . . . . . . DL es 190

TABLE DES MATIÈRES

Correspondance.

Demande de renseignements à propos d’accidentés du travail placés dans un asile <d' allenesc- 4 LL AS Den A HR eos ue Ne

Variétés.

Une circulaire de M. Chaumié. L'examen mental des inculpés. Précision

de la mission du médecin légiste. . . . . . . . . . . . . . . . .. Conférence des avocats. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Conférences de psychiatrie médico-légale aux avocats stagiaires . . . . Décret d'administration publique, modifiant le décret du 21 novembre 1903. Enseignement des sciences pénales à la Faculté de Droit. . . . . . . . Enseignement de la médecine légale psychiatrique å l’Université de Paris. Les frais de justice et les économies (Justice criminelle. Assistance

JNOICIAITE) LE DRE Sn eus Ne de ma ES SE ue Hommage au professeur Brouardel. . ... . . . . . . . . . . . .. Loi fixant à dix-huit ans la majorité pénale. . . . . . . . . . . . . .. Quelques chiffres. L'application de la loi du 23 janvier 1872, tendant à

réprimer l'ivresse publique. . . . . . . .. HS ds DONS SES

96 144

Digitized by Google

4" Année. 25 Février 1906. Numéro 1.

REVUE

MÉDECINE LÉGALE PSYCHIATRIQUE

AUX LECTEURS

Il n'existe pas en France de publication spécialement con- sacrée à la médecine légale psychiatrique; la présente revue a pour but de combler cette lacune.

Sans doute, les divers journaux soit de médecine légale, soit de médecine mentale, font une place aux travaux de psycho- pathologie légale, mais cette place est forcément restreinte, trop étroite en égard à l'importance qu'a prise aujourd’hui la médecine légale des aliénés; de plus ces journaux sont écrits exclusivement pour les médecins. La Revue de Médecine lé- gale psychiatrique et d'anthropologie criminelle s'adresse, au contraire, non seulement aux aliénistes et neurologistes, mais encore à tous ceux— jurisconsultes, magistrats, avocats, légis- lateurs, administrateurs, anthropologistes, criminalistes, etc. qu'intéresse, à un titre quelconque, l’homme privé de sa raison ou l’homme criminel.

Le moment semble opportun pour une pareille publica- tion.

Les avis des médecins aliénistes sont plus souvent demandés et mieux écoutés qu’autrefois dans toutes les affaires ot se pose la question de responsabilité ou de capacité. Les accidents du travail dansleurs complications nerveuses et cérébrales donnent lieu à de nombreuses expertises.

Pour satisfaire à ces besoins nouveaux les Facultés de mé- decine ont organisé un enseignement médico-légal comprenant

2 REVUE DE MÉDECINE LÉCALE

des cours de médecine légale psychiatrique avec délivrance d'un diplôme spécial de médecin légiste.

Les Facultés de droit, de leur côté, ont compris que leurs élèves appelés à devenir des magistrats et des avocats crimina- listes ne devaient plus se borner à étudier le droit criminel, mais aussi l'homme criminel; elles ont organisé des conférences de médecine légale générale et psychiatrique dans le but de permettre aux magistrats et avocats non pas de se substituer aux médecins experts mais de se rendre mieux compte des cir- constances dans lesquelles ils ont le devoir de recourir à une expertise.

ll se produit la un grand et puissant mouvement vers le progrès auquel cette Revue s'associera dans le domaine spécial auquel elle est consacrée.

A cet effet elle publiera des mémoires originaux, des rap- ports et documents médico-légaux, une chronique judiciaire seront reproduits les arrêts et jugements de nature à intéresser ses lecteurs, des analyses des travaux de médecine légale psy- chiatrique et d'anthropologie criminelle parus dans tous les pays, le compte rendu des communications faites à la Société de médecine légale de France et aux autres Sociétés savantes sur les matières dont elle s'occupe, etc.

Ce programme n’a d’ailleurs rien de définitif; le temps et l'expérience et aussi les conseils des lecteurs conseils que la Revue sollicite y apporteront sans doute des modifications et des perfectionnements.

Comme l'Encéphale, auquel l’unissent des liens étroits, la Revue de médecine légale psychiatrique et d’anthropologie criminelle « ne sera l'organe d'aucune école, ni d’aucun groupe». Librement ouverte à tous, elle s'efforcera de réaliser l'accord s1 désirable du droit et de la biologie, des juristes et des aliénistes, pour le plus grand bien de la vérité et de la justice.

LA RÉDACTION.

MÉMOIRES ORIGINAUX

LA

NEURASTHÉNIE TRAUMATIQUE

CHEZ LES ARTÉRIO-SCLÉREUX

Par E. RÉGIS

Professeur de Psychiatrie à l'Université de Bordeaux

La loi du g avril 1898 sur les accidents du travail n’indiquant pas s’il convient ou non de tenir compte de l’état antérieur du blessé dans l’appréciation de l’altération post-traumatique de sa santé et, par suite, dans l’évaluation du dommage réel à lui causé par l'accident, les tribunaux ont jusqu'ici résolu la question en sens divers.

Il y aurait grand intérêt, cependant, à ce que la jurisprudence fût entièrement fixée désormais sur ce point important. |

J'estime pour ma part que, dans les cas la chose est possible et utile, il y a lieu de faire état médicalement et légalement, de la santé antérieure du sujet.

Non seulement l'évaluation des conséquences de l'accident serait ainsi rendue plus juste, mais on éviterait de la sorte une sélection sanitaire trop rigoureuse des employés par les employeurs et le rejet, au grand préjudice de l’état social, de tout ouvrier porteur d’une prédisposition quelconque susceptible de favoriser ou d’aggraver chez Jui l'effet morbide d’un traumatisme professionnel.

C’est une question très importante, parce qu’elle se présente, pour ainsi dire, chaque jour et qu’elle intéresse à la fois les magis- trats, les avocats et tous les médecins sans exception.

Je n’ai pas l'intention d'étudier ici, d'une facon générale, l'état antérieur du blessé dans la médecine légale des traumatismes, mais seulement lun des cas les plus fréquents et les plus intéres-

4 REVUE DE MÉDECINE LÉGALE

sants de la pratique, à savoir : la neurasthénie survenant à la suite d’un traumatisme chez les individus atteints d’artério-sclérose.

Les rapports de la neurasthénie avec l’artério-sclérose sont ajour- d'hui bien connus. Ils consistent dans la coexistence et dans l’évo- lution solidaire chez beaucoup de malades des symptômes de la neurasthénie et de ceux de l’artério-sclérose confirmée ou discrète. J'ai attiré l’attention sur ce sujet il y a déjà longtemps, et un de mes élèves l’a traité de nouveau tout récemment dans sa thèse de doctorat °.

Dans la neurasthénie de l’artério-sclérose confirmée. les troubles nerveux s’accentuent d’une façon continue ou par paroxysmes au fur et à mesure que progresse la lésion vasculaire, et il n’est pas rare de voir le malade succomber au bout d’un temps plus ou moins long à l’une des complications de cette dernière sur les viscères, particulièrement sur le cerveau, le rein ou le poumon.

Les faits de ce genre ne sont pas d’une appréciation difficile; il n'en est plus de même quandil s’agit de la neurasthénie de l’artério- sclérose discrète. La lésion vasculaire est alors dissimulée, n’aboutit qu’à la longue, après des oscillations marquées, à l’athérome et à la sclérose confirmée, on s'explique très bien que dans ce cas l’ar- tério-sclérose soit méconnue et que les malades soient considérés et traités comme de purs neurasthéniques, sinon comme des malades imaginaires, les quelques symptômes d’artério-sclérose qui apparais- sent chez eux étant, comme instinctivement, mis sur le compte de la neurasthénie elle-même à titre de phénomène purement nerveux.

Dans les deux ordres de faits l'état neurasthénique proprement dit est toujours à peu près identique. Il s’agit, et j'insiste sur ce point, de la neurasthénie vraie, de la neurasthénie vertigineuse ou hypochondriaque suivant le symptôme prédominant, mais de la neurasthénie dans son tableau le plus complet.

Telle se présente en clinique l’association de la neurasthénie et de . Partério-sclérose.

Quant aux conditions et au mécanisme étiologique de cette asso- ciation, voici comment on peut les comprendre :

1. E. Regis, Neurasthénie et artério-sclérose. Congrès des aliénistes et neuro- logistes. Bordeaux, 1895.

2. Louis Fauré, La Neurasthénie traumatique chez les artério-scléreux, Bor- deaux, 1906.

LA NEURASTHÉNIE TRAUMATIQUE

La neurasthénie, on le sait, reconnaît habituellement une ori- gine toxique ou infectieuse (arthyitisme, syphilis, alcoolisme, mala- dies infectieuses aiguës, surmenages, émotions, etc.), etelle”peut être considérée en dernière analyse comme un état d’épuisement orga- nique produit par un trouble de la nutrition, avec élection sur le système nerveux. Or, l’artério-sclérose dérive exactement, cela est acquis, de la même source. De sorte qu’on est en droit de se demander si c’est l’artério-sclérose qui provoque la neurasthénie, ou si l’une et l’autre ne sont pas sous la dépendance d’une cause com- mune et primordiale, le trouble de nutrition. Par exemple, chez les neurasthéniques artério-scléreux-arthritiques, les plus communs en l'espèce, est-ce l’artério-sclérose qui détermine la neurasthénie, ou n'est-ce pas plutôt l’arthritisme qui les engendre toutes deux, soit séparément, soit l’une par l’autre? Et n'en est-il pas de même lorsque, au lieu de l’arthritisme, c'est la syphilis ou tout autre fac- teur étiologique qui esten cause ? Je serais disposé, pour ma part, à me rattacher a cette conception, d’autant que, loin de rien enle- ver aux rapports qui unissent les deux états morbides, elle les rend encore plus étroitement solidaires.

On peut différer d’opinion sur le mécanisme et la valeur étio- logique de ces rapports, mais on ne saurait contester leur existence; on ne saurait nier qu'un très grand nombre de neurasthéniques ne soient en même temps atteints d’artério-sclérose à une phase plus ou moins avancée. Je n’en suis plus à compter les cas, extrêmement nombreux, qui me sont passés sous les yeux et parmi lesquels se trouvaient ceux de plusieurs confrères suivant très minutieusement sureux-mêmes, sans erreur possible, l'existence parallèle des deux états pathologiques.

Or, et c’est le fait sur lequel je désire insister en raison de son importance pratique : la neurasthénie traumatique est l’une de celles qui me paraissent s'allier le plus souvent à l’artério-sclérose.

Plusieurs particularités m'ont frappé à cet égard.

La première, c'est que sur un nombre assez élevé de sujets atteints de névrose traumatique à forme neurasthénique que j'ai eu à examiner dans ces dernières années à titre d’expert, la plupart, seize sur vingt environ, étaient des hommes, et des hommes entre quarante et soixante ans. Je ne crois pas être tombé sur une série exceptionnelle ni avoir eu affaire à une simple coïncidence, et j'ai tout

6 REVUE DE MÉDECINE LÉGALE

lieu de supposer, par suite, que la neurasthénie traumatique frappe de préférence, dans une mesure à déterminer, les hommes d'âge mir. |

La seconde particularité que j'ai observée, plus significative encore, est que tous ces hommes d’âge mür affectés de neurasthénie traumatique, présentaient en même temps, à des degrés divers, des signes d’artério-sclérose.

Enfin, et cette particularité découlait nécessairement des précé- dentes, j'ai constaté la gravité et la ténacité de cet état neurasthénique qui non seulement demeurait longtemps stationnaire mais qui, le plus souvent, n’était en rien influencé par la terminaison du procès et persistait de longues années après, en s’aggravant progressivement J'ai tenu à revoir récemment ceux de mes anciens traumatisés ‘qui étaient à ma portée et chez tous j'ai pu vérifier defaçoncertaine, à des intervalles de temps variant entre deux et cinq ans, la survivance, avec tendance à l'accentuation, des symptômes morbides.

J'ai donc pris l’habitude de signaler, dans mes rapports, toutes les fois que je l’observais, cette coexistence de la neurasthénie et de l’artério-sclérose et d'examiner, pour chaque cas, les conditions de sa production. Je suis arrivé ainsi à reconnaître que le shock trau- matique avait surtout pour effet, probablement sous l'influence des perturbations nutritives produites par l'ébranlement nerveux, soit d’aggraver une artério-sclérose déjà manifeste, soit de faire appa- raître et de mettre en évidence une artério-sclérose préexistante, mais restée jusqu'alors à l’état latent.

Les nombreux faits de neurasthénie traumatique que j'ai observés et dont un certain nombre sont reproduits dans la thèse de M. Fauré, envisagés au point de vue du degré d’action du trau- matisme sur l’état névropathique et sur l’artério-sclérose, peuvent se ramener à trois types principaux :

Dans le premier, le traumatisme, en même temps qu'il produit la neurasthénie, hâte l'apparition d'une artério-sclérose en voie de développement;

Dans le second, le traumatisme crée la neurasthénie en même temps qu’il démasque et met en évidence des symptômes d’artério- sclérose dans l’étiologie desquels l’alcoolisme paraît avoir aussi sa part ;

LA NEURASTHÉNIE TRAUMATIQUE 7

Dans le dernier enfin, le traumatisme détermine la neurasthénie et se borne à réveiller et à accentuer des manifestations d’artério- sclérose arthritique préexistante.

Mais le fait général et capital sur lequel j'insiste, c’est que le shock traumatique a une tendance spéciale à se manifester chez les artério-scléreux et que, par son action de mise en évidence ou de renforcement sur l’artério-sclérose préexistante, il détermine ordinairement chez ces sujets une neurasthénie associée à des symptômes organiques qui en augmentent la durée et la gravité.

Il est donc nécessaire, à mon avis, pour le médecin-expert de rechercher dans les cas de neurasthénie traumatique l'existence de l’artério-sclérose et de signaler l’influence qu’a pu avoir ce facteur de production ou d’aggravation sur l’état neurasthénique consécutif à l’accident.

La notion des rapports de la neurasthénie traumatique et de l’artério-sclérose, telle qu'elle découle des considérations qui pré- cèdent, me paraît avoir, en médecine légale, une réelle impor- tance.

Et d’abord, elle établit nettement que tous les individus ne sont pas égaux devant le traumatisme, qu’il existe à lencontre d'une opinion courante, des prédisposés à la neurasthénie traumatique et que, parmi ces prédisposés, les individus d’age mur, arthritiques, intoxiqués, déjà atteints ou en imminence d’artério-sclérose, paraissent devoir être placés au premier rang.

Elle montre aussi que dans l’ensemble des troubles morbides constatés chez ces individus après l’accident, il faut faire deux parts : l’une qui revient au traumatisme, l’autre à l’état antérieur.

Elle montre enfin quela neurasthénie traumatique, survenant dans ces conditions, c’est-à-dire chez des individus d’âge mur, arthri- tiques eten voie d’artério-sclérose, offre des caractères particuliers de ténacité et de gravité. C’est donc un élément sérieux d’appré- ciation pour lavenir dans une affection dont le pronostic ne s'appuie encore sur aucune base précise et donne lieu par suite à des avis si différents.

LES ÉTABLISSEMENTS SPÉCIAUX

_ POUR

ALIENES CRIMINELS

EN ALLEMAGNE

PAR

Paul SÉRIEUX

Médecin en chef des Asiles de la Seine

La Chambre des députés a décidé, dans la séance du 25 janvier dernier, que les aliénés criminels qui sont actuellement hospitalisés à Gaillon sous la garde de l'autorité pénitentiaire seront répartis entre les asiles d’aliénés départementaux, l’établissement de Gaillon devant être remis à l'administration des domaines « afin d’en tirer le parti que le gouvernement croira le meilleur, si tant est qu’un parti quelconque puisse être tiré de cet établissement. »

On en revient donc et sans doute pour longtemps aux erre- ments du passé, qui consistent à placer les aliénés criminels ou dangereux dans les asiles ordinaires. Or, sans vouloir même recher- cher jusqu’à quel point ces derniers méritent l’épithète « d’asiles modèles » que leur a décernée le rapporteur, on ne peut s'empêcher de considérer que c’est un recul d’à peu près un demi-siècle, et il est triste de voir la France qui, il y a une centaine d'années, a eu l’honneur de montrer la voie aux autres nations en ce qui con- cerne l’assistance aux aliénés, se laisser distancer par les pays voi- sins : ceux-ci édifient à l'envie des établissements spéciaux pour les aliénés criminels ou dangereux.

Il existe en Prusse six quartiers spéciaux pour détenus devenus aliénés (et inculpés en observation). Ces quartiers spéciaux (/rren-

LES ALIÉNÉS CRIMINELS 9

abtheilung an der Strafanstalt), annexés à des établissements péni- entiaires, sont situés dans les villes suivantes :

Quartiers spéciaux de condamnés devenus aliénés (Prusse).

Annexés aux établissements pénitentiaires Nombre des villes de Médecins en chef. Date de la fondation. des malades. Cologne: sus: D: Longard 1900 33 Münster i. W. ..... N.... 1e" octobre 1900 60 Bern. messes D* Leppmann 1888 55 Hallea.S........ D” Aschaffenburg avril 1901 » Graudenz(Prusseoccid.) D" Sander 1°" avril 1902 50 Breslau ......... D' Drewitz 1 avril 1898 39

Le nombre des médecins attachés à ces quartiers spéciaux est de 1, sauf à Berlin et à Cologne dont les quartiers ont deux médecins.

En Saxe il existe un seul établissement de ce genre, celui de Waldheim, fondé en 1876.

Dans le Grand-duché de Bade un quartier spécial est annexé à la maison centrale et de correction de Bruchsal. C’est le plus ancien des quartiers spéciaux, il a été fondé en 1865.

Le service des quartiers spéciaux est confié à des médecins com- pétents ; à des aliénistes, dont quelques-uns occupent des situations en vue: professeurs ou privat-docent de psychiatrie d’une université.

Ancien quartier d’aliénés criminels de Bruchsal (grand-duché [de Bade).

(Haupt Krankenhaus des Landesgefangnisses Bruchsal).

Le quartier d’aliénés criminels, ouvert en 1865, est destiné à recevoir tous les détenus des prisons du Grand-duché atteints, en cours de peine, de maladies mentales (aliénés et épileptiques) !. Il n’admet donc pas d’aliénés ayant, a la suite d'actes criminels, été l'objet de non-lieu. Il est installé dans des bâtiments anciens, datant du dix-huitième siècle (1735). Le nombre des malades hommes est de 21 ; les gardiens sont au nombre de 3. Les femmes ne sont que 5. Le service médical est placé sous la direction d’un médecin res- ponsable. Il ny a pas d'assistant.

1. La proportion des cas de maladies mentales chez les détenus soumis au

régime cellulaire dans la maison centrale de Bruschsal s’est élevée à 2,85 p. 100 pour la période de 1850-1877.

10 REVUE DE MÉDECINE LÉGALE

Voici quel a été le mouvement du quartier en 1897 :

Existants le 1°" janvier 1897 : 19 aliénés (dont 4 épileptiques).

Admissions : 10 (dont 2 épileptiques et 1 malade en observation)

Malades traités : 20.

Sorties : 16 (dont 4 épileptiques).

Décès : Néant.

Existants le 1°° janvier 1808 : 13 (dont 2 épileptiques).

Les admissions se font sans aucune formalité : tout détenu des prisons du grand-duché qui, en cours de peine, présente des troubles cérébraux, est immédiatement dirigé sur le quartier spécial, il reste en traitement jusqu’à guérison. Si, à ce moment, sa peine n’est pas purgée, il est transféré dans l'établissement pénitentiaire d’où il venait. Si, au contraire, sa peine est expirée, le sujet est rendu à la liberté. Les résultats fournis par le fonctionnement de ce quartier spécial sont très satisfaisants : aussi ont-ils déterminé l’adminis- tration à construire un pavillon nouveau, aménagé spécialement en vue de son affectation et destiné à quarante malades.

On a cherché, dans l'organisation du quartier spécial, à concilier la nécessité d’une surveillance constante avec les exigences du traitement, qui comporte l'usage d’une certaine liberté d’allées et venues dans la section et dans le jardin.

Le quartier actuel ne présente aucune disposition pouvant être imitée, puisque les locaux dans lesquels il est installé sont anciens et n’ont pu qu'être imparfaitement adaptés à leur destination. Rien de particulier à signaler à propos du réfectoire, de l'infirmerie, des bains, des cellules qui sont propres, avec des barreaux aux fenêtres.

Les lits, en fer, ont comme fournitures une paillasse et un matelas. Chaque malade a, à sa disposition, une table de nuit, une cuvette, un tabouret. Les dortoïrs sont chauffés; ils sont éclairés au gaz ; les fenêtres sont grillées.

Des postes d'eau sont installés en prévision d'un incendie.

Les malades peuvent prendre l’air dans un jardin (avec volière et pièce d’eau). Le travail est organisé : les malades y sont employés suivant les indications du médecin. Les uns font du cartonnage, d’autres s'occupent, dans l’intérieur de l'établissement pénitentiaire contigu, à divers travaux, suivant leurs aptitudes.

Le produit du travail est assez important : les travailleurs sont rémunérés par un pécule.

LES ALIÉNÉS CRIMINELS II

Le régime alimentaire est établi par le médecin.

Le prix de revient des aliénés est d’environ 1 Mk. 5o par jourt.

Le quartier spécial ne comprend que des hommes. Les femmes qui, en cours de peine, présentent des troubles cérébraux sont éga- lement dirigées sur Bruchsal, mais restent hospitalisées à l’infirmerie de l’établissement pénitentiaire. Elles ne sont que cinq.

Le personnel de surveillance est laïque.

Nouveau pavillon spécial de condamnés aliénés de Bruchsal. Irrenstation d. Landesgefangniss.

Cette « station d’aliénés », destinée aux détenus hommes atteints de troubles cérébraux, possède quarante lits de malades, six gardiens et trois veilleurs. Elle est comprise dans l’enceinte de l'établissement pénitentiaire, mais en estcomplètement isolée. De hautes murailles l'entourent.

Le quartier se compose d’un corps de bâtiment central de 42 mètres de façade avec deux ailes ayant également 42 mètres de longueur; un jardin entoure le pavillon. Le pavillon n’a qu’un rez-de-chaussée, mais dans la construction des bâtiments on a pris les mesures nécessaires pour qu’il soit possible ultérieurement de surélever le rez-de-chaussée d’un étage.

Ce petit asile spécial se divise en deux sections : l’une, la division « ouverte », située dans le bâtiment en façade; l’autre, la division « fermée », dans les deux ailes. Ces divisions sont elles-mêmes segmentées en guartiers de classement, dont le nombre total est de cing :

Quartier de surveillance continue (malades en commun) ;

Semi-tranquilles ;

Tranquilles (isolés) ;

Agités (isolés) ;

Épileptiques.

On entre dans le bâtiment central par une véranda qui donne accès dans une grande salle de surveillance servant d'atelier pour les malades de la section ouverte. Cette salle a 8 m. 20 de long sur 7 m. 10 de large. Elle donne à droite sur la salle à manger qui a 3 m. 30 à gauche, sur un dortoir de sept lits de 6 m. 50

1. Le mark vaut 1 fr. 25.

12 REVUE DE MÉDECINE LÉGALE

sur 6 m. 30 La salle de surveillance et de travail communique, par une porte opposée à la porte d'entrée donnant sur la véranda, avec un grand corridor parallèle à la facade, de près de 29 mètres de longueur et dont la largeur de 3 m. 50 à sa partie médiane, est de 5 m. 32 aux deux extrémités.

A droite de la salle à manger, se trouve un second dortoir de sept lits, et plus loin, à l'extrémité droite du bâtiment central, le cabinet du médecin (5 m. 52 >X< 5 m. 20).

A gauche au premier dortoir de sept lits se trouve une chambre pour deux gardiens, et, à gauche de celle-ci, à l'extrémité gauche du bâtiment central, un dortoir pour cinq malades semi-tranquilles Cette dernière pièce est symétrique avec le cabinet du médecin.

Le bâtiment central comprend donc:

La section de surveillance continue avec deux dortoirs de sept lits chacun et un atelier;

La section des semt-tranquilles avec un dortoir de cinq lits et un atelier.

L'aile droite possède deux dortoirs de quatre lits qui serviront de section d’épileptiques : leurs dimensions sont de 4 m. 30 IIs sont séparés par une chambre pour deux gardiens. Deux de ces pièces donnent sur un corridor de 9 m. 65 de longueur sur 3 m. 5o de largeur.

Plus loin, à l'extrémité de l'aile droite, se trouve la section d’iso- lement comprenant cinq cellules qui donnent sur un corridor de 15 m. 50 de longueur sur 3 m. 5o de largeur. Les cellules, réservées aux sujets agités ou dangereux, ont 5 m. 20 de longueur sur 2 m. ĝo de largeur. Leur capacité est d'environ 58 mètres cubes. Les angles en sont arrondis, le plafond est en forme de voûte; bien éclairées et ventilées, elles sont chauffées à l’aide de poêles que pro- tège un revêtement de maçonnerie. Les fenêtres sont de grande dimension, sauf dans deux cellules elles sont réduites et situées à la partie supérieure du mur. Elles peuvent être ouvertes et fer- mées du corridor même, à l'aide d’un mécanisme, sans que les gardiens aient besoin de pénétrer dans les cellules. On peut égale- ment sortir les vases du dehors et passer les aliments sens pénétrer dans les cellules. Celles-ci ne possèdent qu’une seule porte.

L'aile gauche comprend les locaux suivants : un office-tisanerie

LES ALIÉNÉS CRIMINELS 13

donnant sur le vaste corridor du bâtiment central. Plus loin, sont huit chambres d'isolement, donnant sur un corridor de 25 m. 50 de longueur et 3 m.5o de largeur. Ces chambres sont destinées à des malades tranquilles, mais qui doivent être séparés des autres.

Les bains, lavabos et cabinets sont situés dans une construction communiquant avec le corridor du bâtiment central (en face de la salle de surveillance et de travail par laquelle on pénètre dans le pavillon). Cette construction fait saillie sur la cour comprise entre le bâtiment central, les deux ailes latérales et le mur d’enceinte, cour qui sert de préau pour les malades des sections d’isolement (dimen- sions : 27 m. 17 sur 20m.88). Le bâtiment comprend les locaux suivants :un vestibule aboutissant aux cabinets d'aisances (trois compartiments) à fosses mobiles, à droite du vestibule une salle de bains avec trois baignoires, à gauche une salle avec sept lavabos.

Les malades susceptibles de travailler seront occupés, suivant leur état mental, soit à [l'intérieur du pavillon dans l'atelier de la salle de surveillance des tranquilles ou dans celui des semi-tran- quilles, soit au dehors dans l'établissement pénitentiaire (travaux de maçonnerie, de menuiserie, etc.).

Le chauffage se fait à l’aide de poêles.

Les fenêtres du pavillon spécial sont de grande dimension, mais toutes ont des barreaux solides (peints en vert), ce qui, avec les murs d'enceinte très élevés, accentue le caractère pénitentiaire du pavillon.

L'air, la lumière sont partout répandus à profusion. Les pein- tures sont faites au ripolin.

Les points qui paraissent mériter d’attirer le plus l’attention dans l’organisation de cette station de détenus devenus aliénés, tout à fait comparable par sa destination au quartier de Gaillon, qui va dispa- raître, sont les suivants : nombre élevé des quartiers de classement : cinq pour quarante malades ; proportion considérable des chambres d'isolement (treize pour quarante), soit environ 33 p. 100 du chiffre total des places. On peut, ainsi répartir les sujets par petits groupes, faire bénéficier quelques malades d’une certaine liberté sans favori- ser l'évasion des sujets dangereux, en isoler une proportion assez élevée, mesures importantes dans un établissement de ce genre. Citons encore l'organisation bien comprise des deux ateliers, dont l'un pour les malades tranquilles et l’autre pour les semi-tranquilles, les mesures prises contre les évasions. .

14 REVUE DE MÉDECINE LÉGALE

Voici la récapitulation de l’état des lits par groupes de malades :

1 dortoir de. . . . .. 7 lits Tranquilles.

ı ses 7 lits Tranquilles.

t de...... 5 lits Semi-tranquilles. 1 de...... 4 lits. Épileptiques.